Chadik

18 janvier 2020

Dayli drawing - Décembre 2019 - partie 3

 21/12/2019

IMG_20191222_224746_686

IMG_20191222_224746_687

 

22/12/2019

IMG_20191223_224746_687

IMG_20191223_224746_688

23/12/2019

IMG_20191224_123545_774

IMG_20191224_123545_775

24/12/2019

 

IMG_20191225_175421_640

IMG_20191225_175421_641

 25/12/2019

IMG_20191226_204918_699

IMG_20191226_204918_700

 26/12/2019

 

IMG_20191226_204918_702

IMG_20191226_204918_703

  27/12/2019

IMG_20191227_203730_310

IMG_20191227_203730_312

28/12/2019

IMG_20191228_214152_893

IMG_20191228_214152_894

29/12/2019

IMG_20191229_203647_314

IMG_20191229_203647_315

30/12/2019

IMG_20191230_210101_238

IMG_20191230_210101_240

 

 31/12/2019

IMG_20191231_210101_240

IMG_20191231_210101_241

 

Dayli Drawing : 

Je dessine chaque jour une petite note sur ma journée.

Ces dessins sont publiés chaque jour sur instagram. Il ya parfois des bonus et des vidéos de dessin en direct en story instagram.

14 janvier 2020

La demande

 IMG_20200108_205536_541

 

La demande de M.T. Edvardsson

 

Date de parution : 03/2001

Editeur : Galliamrd - Folio

Genre : roman

Nombre de pages : 144

fin de lecture : 06/01/2020

 

Résumé éditeur :

 

Ce très beau et très émouvant roman est qualifié par son auteur d'" histoire ". Il n'est pas bâti autour d'une intrigue particulière, et bien qu'il se situe au début du 16e siècle et que l'un de ses personnages puisse être identifié à Léonard de Vinci, il ne constitue pas une fresque historique. Il s'agit simplement de raconter l'histoire d'une relation, sans artifices, en s'attachant à l'humanité des personnages.


A la fin de sa vie, un maître italien vient avec ses élèves s'installer au bord de la Loire, à l'invitation d'un roi (peut-être est-ce Léonard de Vinci venant travailler pour François 1er à Amboise, mais cela importe peu). Il y fait la connaissance d'une servante non plus très jeune, pas particulièrement belle, abîmée par les lourdes tâches qu'elle accomplit depuis des dizaines d'années. Pourtant leurs destins se croisent, naturellement.

.

Mon Avis :

 

J'ai trouvé ce roman par hasard chez un bouquiniste, pensant avec nostalgie à ma visite du Clos Lucé.

Dans ce court récit, où le maître, Léonard de Vinci, n'est jamais nommé, nous suivons l'arrivé d'un artiste âgé et de ses élèves dans une demeure du pays Angevin. Leur arrivée provoque des changements dans la maisonnée, une domestique est chargée de s'occuper des besoins des invités.

L'intérêt de ce roman se trouve dans la façon très poétique de décrire la relation entre le maitre et la domestique. Tout les oppose mais ceux ci développent une sorte de fascination l'un pour l'autre. de Vinci se délecte d'observer les faits et gestes de la servante, dont la vie est loin d'être facile; la servante est curieuse du maître et de son travail. le récit nous conte cette fascination mutuelle et cette relation qui se tisse.

Nous découvrons également certains détails liés au travail et à la fin de vie de Leonard de Vinci, ainsi que la dure réalité de la vie des domestiques à cette époque. C'est avec un autre regard et une grande délicatesse que l'auteur nous conte la rencontre de deux mondes qui n'auraient jamais dû se rencontrer.

Un petit roman surprenant qui ravivera es souvenirs des visiteurs du clos Lucé.

 

Ma Note : 

3

 

Posté par Chadik à 14:15 - Lectures - Commentaires [0]
Tags : , , , ,

12 janvier 2020

Une famille presque normale

IMG_20200108_205109_021

 

Une famille presque normale de M.T. Edvardsson

Date de parution : 24/10/2019

Editeur : Soantine

Genre : thriller

Nombre de pages : 528

fin de lecture : 04/01/2020

 

Résumé éditeur :

Il n'existe pas de famille normale.

Faites connaissance avec la famille Sandell. Le père, Adam, est un pasteur respecté dans la petite ville de Lund, en Suède. Sa femme, Ulrika est une brillante avocate. Leur fille, Stella, dix-neuf ans, s'apprête à quitter le foyer pour un road trip en Asie du Sud-Est. C'est une famille normale, une famille comme les autres. Et comme toutes les autres familles de la ville, les Sandell sont horrifiés quand un important homme d'affaires, Christopher Olsen est retrouvé assassiné. Ils le sont plus encore quand, quelques jours plus tard la police vient arrêter Stella. Comment pouvait-elle connaître Olsen, et quelles raisons auraient pu la pousser à le tuer ? Il ne peut s'agir que d'une erreur judiciaire.

Dans ce récit en trois parties, chacun des membres de la famille tente à son tour de recomposer un puzzle dont il n'a pas toutes les pièces. C'est d'abord Adam qui s'exprime, puis Stella, et enfin Ulrika. Chaque fois, de nouvelles perspectives se font jour, la version précédente est remise en question, la vérité s'échappe. La seule évidence qui s'impose très vite, c'est qu'il n'existe aucune famille " normale ".

 

Mon Avis :

 

Dans ce thriller psychologique venu du nord, nous suivons une famille sur le point d'imploser.

Un meurtre a été commis, une jeune fille a été arrêtée, loin d'être une délinquante, il s'agit de la fille d'un pasteur exemplaire et d'une brillante avocate. le scandale éclate dans la petite ville de Lund. Ce n'est pas à travers les yeux d'un témoin, journaliste ou détective que nous suivrons l'enquête, mais à travers ceux des principaux protagonistes. Les narrateurs se succèdent, le père, la fille et enfin la mère, nous font part de leur propre vision des choses. Bien plus qu'une enquête policière ce roman explore les liens familiaux, le sexisme, les violences faites aux femmes, les manquements du système judiciaire suédois, la foi, les apparences… Ce livre nous interpelle quant à nos limites et notre fidélité, jusqu'où serions-nous prêts à aller pour aider les gens qu'on aime ?


La psychologie des personnages est aboutie, les personnages sont crédibles, ambivalents, complexes… On s'interroge sur ce père, pilier de sa communauté, à qui l'on donnerait le bon dieu sans confession, on s'attache à cette adolescente aussi sauvage que touchante, on admire l'ingéniosité de cette mère carriériste. Ce trio de personnage se complète parfaitement. Les secrets de chacun, les faux semblant et les petits mensonges qu'on se raconte avant de s'endormir, nous sont dévoilés avec finesse.

Chaque partie du livre nous apporte des pistes pour comprendre les personnages et le déroulement des événements. L'autrice brouille les pistes et introduits des personnages secondaires intrigants et subtiles.

Ce livre, dans l'air du temps, est un page turner qu'il sera difficile de refermer, d'autant plus, qu'Il faudra attendre la dernière ligne du livre pour connaitre le dénouement de l'intrigue.

Malgré tout ces bons éléments j'ai été déçue par la fin qui n'est pas à la hauteur de l'ouvrage, il manquait une petite dose d'inattendu ou un dernier retournement de situation.


Un thriller psychologique touchant et bien ficelé qui vous tiendra en haleine.

 

Livre lu dans le cadre du jury du grand prix des lectrices de ELLE 2020.

 

Ma Note : 

4

 

Posté par Chadik à 16:55 - Lectures - Commentaires [0]
Tags : , , , ,

Girl

IMG_20200108_204904_417

 

Girl de Edna O’Brien

Date de parution : 05/09/2019

Editeur : Sabine Wespieser Eds

Genre : roman

Nombre de pages : 259

fin de lecture : 30/12/2019

 

Résumé éditeur :

Girl est un roman sidérant, qui se lit d'un souffle et laisse pantois. Écrivant à la première personne, Edna O'Brien se met littéralement dans la peau d'une adolescente enlevée par Boko Haram.

Depuis l'irruption d'hommes en armes dans l'enceinte de l'école, on vit avec elle son rapt, en compagnie de ses camarades de classe ; la traversée de la jungle en camion, sans autre échappatoire que la mort pour qui veut tenter de sauter à terre ; l'arrivée dans le camp, avec obligation de revêtir uniforme et hijab. La faim, la terreur, le désarroi et la perte des repères sont le lot quotidien de ces très jeunes filles qui, face aux imprécations de leurs ravisseurs, finissent par oublier jusqu'au son de leurs propres prières. Mais le plus difficile commence quand la protagoniste de ce monologue halluciné parvient à s'évader, avec l'enfant qu'elle a eu d'un de ses bourreaux. Après des jours de marche, un parcours administratif harassant lors de son arrivée en ville, celle qui a enfin pu rejoindre son village et les siens se retrouve en butte à leur suspicion et à l'hostilité de sa propre mère.

Victime, elle est devenue coupable d'avoir introduit dans leur descendance un être au sang souillé par celui de l'ennemi. Écrit dans l'urgence et la fièvre, Girl bouleverse par son rythme et sa fureur à dire, une fois encore, le destin des femmes bafouées.

Dans son obstination à survivre et son inaltérable confiance en la possible rédemption du cœur humain, l'héroïne de ce très grand roman s'inscrit dans la lignée des figures féminines nourries par l'expérience de la jeune Edna O'Brien, mise au ban de son pays alors qu'elle avait à peine trente ans. Devenue un des plus grands écrivains de ce siècle, elle nous offre un livre d'une sombre splendeur avec, malgré tout, au bout du tunnel, la tendresse et la beauté pour viatiques.

 

Mon Avis :

 

« J'étais une fille autrefois, c'est fini. » Dès le début le ton est donné. Après un long travail d'investigation Edna O'Brien se glisse dans la peau d'une jeune nigérienne enlevée par Boko Haram en 2014.

le résultat semble être totalement véridique, j'ai eu l'impression de lire le témoignage d'une survivante. Dans ce récit éprouvant, nous suivons le parcours de Maryam, de son enlèvement jusqu'à sa reconstruction. Rien ne nous est épargné, sans tomber dans le gore gratuit ni le pathos, l'autrice nous expose sans filtre la dure réalité de l'esclavage sexuel. Battue, violée, mariée, la jeune fille connaîtra aussi les difficultés d'un accouchement dans la jungle puis de la fuite avec un nouveau-né.

Le lecteur retiendra son souffle jusqu'à la dernière page. Face à tant d'horreur, je ne pouvais abandonner Maryam en refermant le livre, je l'ai donc lu en une seule fois. La barbarie est sans limite, mais nous sommes encore davantage surpris par la sévérité de la société à l'égard des survivantes. En effet, Maryam sera tout d'abord utilisée à des fins politiques puis jugée par sa famille, elle est devenue « femme du bush » source de honte et déshonneur. On s'attache rapidement à cette jeune fille, elle n'est pas parfaite, elle sera parfois très dure envers son enfant ou ses compagnes d'infortune, mais c'est un personnage lumineux qui n'abandonnera jamais. Le ton est juste, le thème est abordé avec beaucoup de délicatesse et de pudeur.

Bien que l'autrice maîtrise admirablement son récit et connaisse parfaitement son sujet, j'ai été un peu gênée lorsque j'ai compris que le récit n'était pas véridique. J'aurais préféré entendre directement la voix d'une des survivantes, bien que Edna O'Brien nous livre ici un vibrant hommage aux jeunes femmes victimes du djihad et de la société Nigérienne.


Un récit poignant qui ne laissera aucun lecteur indifférant.

 

 

Livre lu dans le cadre du jury du grand prix des lectrices de ELLE 2020.

 

Ma Note : 

4

 

Posté par Chadik à 16:55 - Lectures - Commentaires [0]
Tags : , , , , ,

Jouir - En quête de l'orgasme féminin

IMG_20200108_205354_378

  

Jouir - En quête de l'orgasme féminin de Sarah Barmak

Date de parution : 03/10/2019

Editeur : Zones

Genre : Essai

Nombre de pages : 208

fin de lecture : 06/01/2020

 

Résumé éditeur :

 

Libérée, la sexualité des femmes d'aujourd'hui ? On serait tenté de croire que oui. Pourtant, plus de 50 % d'entre elles se disent insatisfaites, que ce soit à cause d'un manque de désir ou de difficultés à atteindre l'orgasme. Si tant de femmes ordinaires sont concernées, peut-être qu'elles n'ont rien d'anormal et que ce n'est pas à la pharmacie qu'il faut aller chercher la solution. Le remède dont elles ont besoin est plus certainement culturel, et passe par une réorientation de notre approche androcentrée du sexe et du plaisir.


Tour à tour reportage, essai et recueil de réflexions à la première personne, cet ouvrage enquête sur les dernières découvertes scientifiques ayant trait à l'orgasme féminin. On y apprend ainsi qu'une chercheuse en psychologie clinique a recours à la méditation de pleine conscience pour traiter les troubles à caractère sexuel. On y découvre aussi diverses façons dont les femmes choisissent de redéfinir leur sexualité. Cette aventure aux confins de la jouissance nous emmène jusqu'au festival Burning Man, où l'orgasme féminin est donné à voir sur scène, ou encore dans le cabinet feutré d'une thérapeute qui propose de soigner les traumatismes liés au viol à l'aide de massages sensuels.

 

Mon Avis :

 

Je suis ravie de découvrir que de plus en plus d'essais abordant des thèmes sensibles ou polémiques sont publiés par des maisons d'édition.

Dans cet ouvrage, l'autrice dépoussière une thématique qui nous semble faussement surannée, l'orgasme et le plaisir féminin. de l'eau a coulé sous les ponts depuis la révolution sexuelle, les femmes sont libérées en France… Et pourtant, « 57% des femmes âgées de dix-huit à quarante ans jouissent la plupart du temps lorsqu'elles couchent avec un homme, tandis que leurs partenaires jouissent 95% du temps. », les schémas de clitoris entiers ne datent que de quelques années, les violences sexuelles et médicales sont toujours nombreuses…

Sarah Bermak compulse dans cet ouvrage l'actualité sur cette thématique, post ère Meetoo. Très documentée, elle fait le point sur des recherches scientifiques connues ou méconnues, récentes ou plus anciennes. Elle met le doigt sur la méconnaissance du plaisir féminin, les dysfonctionnements du système de santé ou encore le sexisme et la culture du viol. Elle aborde des approches innovantes de la sexualité féminine, qu'il s'agisse de techniques de stimulations antiques, de perceptions exotiques, de cultes païens ou encore la dernière thérapie à la mode aux états unis, tout y passe.

Des chapitres divises l'ouvrages sous plusieurs thématiques, une grande part de l'ouvrage est consacrée à des études scientifiques récentes et à de nouvelles approches thérapeutiques, notamment la méditation orgasmique qui invite à une pleine consciente de sa sexualité. La bienveillance et l'absence de tabou imprègnent le livre, ce qui rend sa lecture agréable, on se sent en confiance pour aborder un sujet aussi intime. Bien qu'ayant une formation en psychologie j'ai appris beaucoup de choses lors de cette lecture, malgré une approche assez scientifique, cet essai se lit facilement et des anecdotes plus personnelles ou touchantes ponctuent le récit.

Bien que la sexualité hétérosexuelle davantage abordée, l'autrice n'oublie pas les personnes LGBTQIA+ et leur approche du plaisir. J'aurais souhaité davantage de sous parties afin que le contenu soit mieux structuré et me permette de faire plus facilement des pauses, cependant, le livre reste digeste. Des illustrations et des photos (ne serait-ce que scientifiques) auraient été les bienvenues bien que l'on puisse comprendre la raison de leur absence.


Cet ouvrage m'a fait énormément réfléchir sur ma propre sexualité et la perception que j'ai de celle des autres. C'est une très bonne lecture, actuelle et bienveillante, que toute personne devrait lire, homme ou femme.


Livre lu dans le cadre du jury du grand prix des lectrices de ELLE 2020.

 

Ma Note : 

4

 

 

 

Posté par Chadik à 16:55 - Lectures - Commentaires [0]
Tags : , , , ,